Le haut-de-gamme de la pierre

Le haut-de-gamme de la pierre

Le haut-de-gamme de la pierre

Diversifier un patrimoine dans la pierre en misant sur des opérations d’envergure et rentables, ceux sont des offres immobilière qui sont sur mesure et que propose de plus en plus les acteurs de la gestion privée. Ces investissements, en direct ou par l’intermédiaire des véhicules collectifs pour “happy few”, sont proposés par des acteurs de la gestion privée à leurs clients qui sont en quête d’une diversification dans la pierre et qui sont au moins capables d’investir 150.000 à 300.000 euros, mais le plus souvent un ou plusieurs millions d’euros. “Depuis quelques années, on constate un appétit croissant des investisseurs privés pour la pierre qui offre un côté tangible et rentable. En dehors de la résidence principale, ces profils disposent d'immobilier qui représente de 20 à 25 % de leur patrimoine” explique Claire Roborel de Climens, responsable global des investissements non cotés et alternatif de la société BNP Paribas Wealth Management.

Une classe d’actifs qui est incontournable

Dans son dernier rapport annuel, la banque indique que l’immobilier international, nommément en Europe et aux Etats-Unis, reste tout de même une classe d’actifs qui est incontournable pour des particuliers qui disposent d’une grande fortune. “C'est essentiel dans des portefeuilles modernes, en particulier en raison de la faible corrélation de la pierre avec d'autres placements. Ces actifs corporels offrent un revenu récurrent plus élevé et un potentiel de croissance de capital, le tout dans un environnement de taux d'intérêts bas, même si ces derniers ont légèrement tendance à remonter” souligne Pol Tansens, directeur de la stratégie d’investissement immobiliers de BNP Paribas Wealth Management. Les structures financière permettent de miser sur l’immobilier sont aujourd’hui nombreuses. Dans la pléthore des solutions haut de gamme, les “club deals”. Généralement ils sont réservés aux investisseurs institutionnels à cause des montants unitaires qui sont très élevés, ces structures finances des immeubles qui génèrent bien souvent d'important rendements. Ils démarrent à 8% et finissent le plus souvent avec deux chiffres. “Plus que l'enveloppe, ce qui compte, c'est la nature de l'actif, sa qualité et l'expertise de l'asset manager qui va mener l'opération “ insiste Jonathan Donio, directeur du pôle grands investisseurs privés d’Eternam, une filiale du groupe Cyrus. Les “Club deals” sont aujourd’hui très tendance et réunissent une poignée d’investisseurs privés qui sont prêt à acheter un ou plusieurs actifs, qu’ils auront identifiés à l’avance. Pour entrer dans ce cercle très privé, il faut investir au moins 250.000 à 300.000 euros. Chez Extendam, on propose trois thématiques en terme d’investissement : des achats d’immeubles en tant que marchand de biens à Paris, de la promotion immobilière au Portugal, des murs et fond d'hôtels en Europe. “Notre stratégie consiste à acheter des actifs à restructurer pour les revendre avec une plus-value. Les investisseurs qui optent pour nos opérations adoptent ici une logique de capitalisation” , explique Jean-marc Palhon, président de Extendam.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *